Archives pour la catégorie En maternelle

Hèsta der’escòla 2018

  

Un còp èra ua damisèla que s’aperava Jana.

– Quina escadença d’estar vaduda enas torbèras de Busi i de’m lavar dens er’aiga doça der Escor en aquesta debuta de prima, dab eths amics graulha i sapo qui plora i qui se n’arrid.

Poésie : le crapaud Robert Desnos

G : Be i a ua dròla  d’aulor per aci!

S : De segur, ne’m soi pas lavat desempuish ua setmana !

– B’as gahat un peish deths estranhs !

– Que soi passat ath « shens gluten », amigueta. Mes qui ès dongas ?

– Que m’apèri Jana , era damisèla der Escor. Quin espanto de’t véder a arribar sus jo, eth peruc gran ubèrt !

– Non te’n hascas ! Que m’acabi era hartèra ! Cinc pesquits, tres trauguens! Qu’èi eth guisèr plan plen.

« Guilhem pesquèr s’a minjat cinc pesquits »

Narrador : The coypu is in the river Escou when   Dance River Ibey

Coypu: Hello beautiful dragonfly! How do you do?

Dragonfly: I am so so, I have a stomach ache!

Coypu: Oh wonderful! You speak English!

Dragonfly: Yes a little! Oh my stomach!

Song: “I’m sick, I’m sick, what is wrong, what is wrong?, I’m sneezing, I am dizzy as can be, a running nose,  sore  throat, headache stomach ache, I’m sick, I’m sick, oh it’s the flu ”

Drin triste, que’s continuè eth camin dinc a Precilhon on Hen, era garia d’aiga franchimanda i trufandèca  e la se prengó sus er’ala en contar-l’i ua charrada :

-« Mon 1er veut dire non en basque, mon 2ème est une partie du corps, mon tout est un cours d’eau béarnais.

Si tu trouves, je t’emmène jusqu’à Oloron ! »

Que calculè ua pauseta i, com èra esberida, que la clavè en l’i díser :

– Qu’ei Escor !

Narrador : los pescadores llamados  Agustino y Carlos  pescan en el Escou y de repente Agustino cogen un pez muy particular que le dice : 

Pez: Por favor pescador Agustino, dejame en libertat ! Si lo haces, te daré todo lo que me pidas !

Pescador : Vuelve a la vida que te corresponde pescadito Simón ! Mereces ser libre !

Narrador : Dos dias después, los pescadores quieren que  el Escou sea sin plasticos

Pescador : Pececito de oro Simón ! Asómate que necesito tu ayuda !

Pez : Qué puedo hacer por ti , amigo ?

Pescador : No queremos más plasticos en el Escou !

Pez : De acuerdo, volved a vuestra casa y mañana el Escou será limpio !

G – Engüèra tres sorelhs tà arribar tà Auloron !

Qu’ei eth moment de har era capihona dens eth gave d’Auloron.

Atau, tots eths amics dera damisèla que’s fresquejan enas aigas doças i claras deth gave d’Auloron.

Canta L’Escou  Christian Bellot

  

Histoire(s) de légumes – Compagnie Les Mouches du Coche

hqdefault
ARCIMBOLDO  » Le jardinier » 1590

Vendredi 19 décembre, toute l’école Calandreta est allée à Lucq-de-Béarn, sur invitation de l’association Chacam, voir le spectacle  Histoire de légume(s). L’actrice Bérengère Déméautis jouait seule avec un grand meuble aux nombreux tiroirs et aux multiples fonctions (carte du monde, frise chronologique).

Dans cette pièce un peu loufoque, Hortense de Quintine nous présenta d’abord,  le tableau d’Arcimboldo Le jardinier au visage  composé de chicorée pour la barbe et les cheveux, de raifort pour le nez et les oreilles, d’ un oignon pour la joue et d’une gousse d’aïl pour l’œil.

Ensuite, elle nous parla des bienfaits des légumineuses: lentilles, pois chiches, haricots et du chou qui est un alicament. Aussi, nous avons appris que la canne de Chaplin était en  tige de chou sauvage !

Elle évoqua, dans une chanson, toutes les catégories de  choux:  choux de bruxelles, choux-  milan, romanesco, choux- raves chou- fleur, chou pe-tsaï (chou chinois).

Le  spectacle « endiablé » se termina par une  manifestation  de légumes et ses revendications : empoisonnés, emprisonnés, enfermés et son slogan « Moins de chimique ! plus de biologique ! »

Un goûter offert par l’association Chacam, clôtura ce dernier après-midi avant les vacances de Noël.

Le gaspillage alimentaire mis en scène

Pour le spectacle de cette année, ce 30 juin, les élèves de la Calandreta d’Oloron ont mis en scène une histoire sur le gaspillage alimentaire. Leur travail se base sur un conte qu’ils ont créé avec deux jeunes autrices oloronaises.

Des lutins basques aux légumes moches, les traditions autant que la réalité et l’actualité ont pris place dans le spectacle. Et, le plus important, ils ont appris et communiqué en s’amusant.

Comme toujours, il nous a été donné d’écouter les enfants parler toutes les langues qui font la richesse de l’ouverture au monde de Calandreta. Béarnais, espagnol, français, anglais…

Nous vous souhaitons de très bonnes vacances, un très bel été, à toutes et à tous.