Pédagogie des Calandreta

L’immersion précoce dans la langue permet aux enfants d’apprendre très vite à parler le béarnais. Les enseignants mettent en application les programmes officiels de l’Éducation Nationale. Ils les dispensent en occitan du Béarn, à l’exception, bien sûr, de l’enseignant de français.

  • Calandreta et la pédagogie active

Les enfants apprennent à prendre des responsabilités, à devenir autonomes, grâce aux techniques empruntées à la pédagogie active Freinet, mises en œuvre dans la classe par les enseignants (conseil d’élèves, correspondance, travail coopératif, sorties-découvertes, jardinage, classe verte, etc.).

L’enfant est au centre de l’acte éducatif : lui donner la parole, le rendre autonome, réguler la vie de groupe et l’utiliser comme vecteur d’apprentissage, tels sont les points forts de la pédagogie active pratiquée en Calandreta.

L’enfant prend la parole, notamment à certains moments institutionnalisés : il pose des questions, met en avant des problèmes ; la classe entière essaye de trouver des solutions. Ainsi, Calandreta favorise le rôle citoyen de l’enfant dans la classe.

Avec un brin de réussite, une grande confiance et un milieu favorable au travail, l’enfant s’en irait jusqu’au bout du monde.
Freinet, 1978

  • L’immersion linguistique

« Une éducation qui est dispensée totalement (ou partiellement) dans une langue seconde ayant pour objectif de rendre les élèves compétents dans cette deuxième langue tout en préservant leurs compétences dans leur langue natale, et qui garantit en même temps un bon niveau sur le plan académique. » (Stern, 1972)

  • L’intérêt de l’immersion

L’enfant de Calandreta est confronté, dès son plus jeune âge, à deux langues et cultures : c’est un gage d’ouverture et d’épanouissement qui facilite l’apprentissage des langues étrangères et développe les capacités intellectuelles et d’ouverture au monde.

L’enseignement réellement bilingue est efficace si les deux langues sont présentes dans l’environnement de l’enfant. C’est le cas ici, en Béarn, où le français et le béarnais cohabitent.

Pour l’élève, l’occitan n’est pas qu’une autre langue mais une autre façon de dire le monde. Employée majoritairement à l’école, cette langue est l’outil de communication et de transmission des savoirs.

L’éducation immersive est reconnue par les chercheurs comme étant un puissant facteur de stimulation intellectuelle. Elle favorise notamment la symbolisation, la faculté d’abstraction, la capacité de résoudre les problèmes. De plus, l’enfant qui acquiert une deuxième langue améliore sa première langue et peut plus facilement et plus rapidement en acquérir d’autres.

  • Ouverture au monde

L’éducation bilingue vise une véritable ouverture pluriculturelle. Découvrir des langues, c’est aussi découvrir des cultures, des pays, des hommes. C’est se montrer curieux et oser la rencontre interculturelle. C’est donc le contraire du repli et de l’enfermement. Cette double lecture du monde et de la réalité permet aux calandrons d’être sensibilisés à la réalité de la différence culturelle ce qui permet d’acquérir une attitude plus ouverte envers d’autres cultures et modes de pensée.

  • La place du français

Les élèvent apprennent d’abord à lire en occitan. Le français est introduit dès la fin du CP Afin que les enfants soient au même niveau que les autres élèves lorsqu’ils entrent au collège, l’enseignant de français utilise des passerelles entre les deux langues permettant de fixer certaines règles orthographiques. L’objectif est de permettre aux enfants de maîtriser, à la fin de l’école primaire, aussi bien le français que le béarnais, à l’oral comme à l’écrit.